Echanges entre l’IGF et les élèves sur les méfaits des détournements des deniers publics

Par reporter.cd

En visite dans les locaux de l’Inspection générale des finances (IGF), une délégation d’élèves du complexe scolaire Sacrée cœur de Jésus venue de la commune de la Nsele a été sensibilisée, mercredi 24 avril 2024, aux méfaits de la corruption en République Démocratique du Congo.

Ce groupe d’écoliers a eu des échanges édifiants avec les responsables de l’IGF axés sur les bénéfices de l’ implication de toutes les couches sociales de la population congolaise pour faire reculer la corruption et le détournement des deniers publics.

Accompagné de son adjoint, l’inspecteur générale des finances-chef de service, Jules Aligente, a saisi l’occasion pour expliquer aux hôtes la mission de l’IGF. Répondant aux préoccupations des élèves, l’inspecteur Général Chef de services a en outre édifié ses interlocuteurs sur le rôle qu’ils doivent jouer auprès de leurs collègues dont les parents s’illustrent dans les antivaleurs tels que la corruption et le détournement des deniers publics. Pour Jules ALINGETE il faut que les élèves Congolais prennent la conscience de répéter aux enfants des délinquants financiers le message selon lequel leurs comportements indigne hypothèque l’avenir de tout un peuple.

“Nous avions été surpris par la visite d’une centaine d’élèves de l’école Sacrée cœur de Jésus de la Nsele qui sont venus pour visiter l’IGF et s’informer sur les raisons pour lesquelles certains dirigeants qui sont appelés a gérer les affaires publiques volent l’argent de l’Etat. Nous avons échangé avec eux autour de cette question de la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics pour donner les informations et les sensibiliser, pour qu’une fois aux affaires publiques qu’ils évitent les évites les pratiques qui ont ruiné la Rdc.

Etant donné que l’IGF est un service de contrôle supérieur de l’Etat dont la mission est de veiller sur l’utilisation convenue des finances publiques, l’inspecteur général chef de service a insisté sur les dangers que représentent ces anti-valeurs ancrées dans la société congolaise, facteur de développement régressif et présent de manière exponentielle au sein des institutions étatiques congolaises.

Le manque d’éthique, d’intégrité et de probité morale sont les principales causes des maux dont souffrent les finances publiques. Relevant que les bonnes pratiques participent à accroitre le développement.

Jules Aligente a invité les élèves à mieux comprendre la mission de l’IGF dans leur environnement pour semer la bonne graine dans la jeunesse afin qu’ils intériorisent le respect des fonds et biens publics.

Avant de renchérir : “Il faut considérer que voler l’argent de l’Etat est une malédiction, la réalité d’aujourd’hui vient du manque de formation des aînés qui ont longtemps dirigé ce pays. Ne reproduisez pas les actions de vos devanciers, l’argent de l’Etat doit être d’utilité publique et non personnelle”.

Soulignant que la lutte contre la corruption n’est pas une guerre que mène l’IGF seule, cet organe supérieur de contrôle est accompagné de la Cour des comptes, la Cenarf et l’APLC.

Et le numéro un de l’IGF n’a pas manqué de relever que l’implémentation de la bonne gouvernance ne peut se faire sans un appui et l’accompagnement des instances judiciaires”.

Tout en rappelant que la force de ce service de contrôle de l’Etat vient de la volonté personnelle du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, qui, par patriotisme, a déclenché une véritable chasse aux prédateurs dans le pays et fait de la lutte contre la corruption son Leitmotiv.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez aucune nouvelle importante. Abonnez-vous à notre newsletter.