RDC : 22 ans du PPRD, un anniversaire entaché d’huile de la haute trahison ?

Par Journaliste d’Etat


31 Mars 2002 – 31 Mars 2024, 22 ans se sont écoulés depuis que le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) existe dans le microcosme politique congolais.

A l’occasion des 22 ans de ce parti dont il est Autorité morale, l’ancien Président, Joseph Kabila souhaite un heureux anniversaire aux cadres et militants du PPRD.

L’anniversaire tombe dans un contexte particulier marqué par la traversée de sa jeunesse vers l’Alliance Fleuve Congo, une structure politico-militaire qualifiée de Rébellion par le pouvoir de Kinshasa.

Sont-ils fatigués de l’Opposition de Kingakati ?

Si réellement, ils ne sont pas satisfaits de la Gouvernance Tshisekedi, ils pouvaient rester avec Kabila en dehors du milieu politique actuel. Mieux, ils pouvaient faire l’opposition non armée comme le cas de Fayulu et Katumbi.

Leur Autorité morale, Joseph Kabila, s’est éclipsée de l’environnement politique actuel pour ne pas être mélangé à ce qui ne colle pas à son libido politique.

Ces jeunes du PPRD qui rejoignent Corneille Nangaa, font croire que l’Opposition du format Kingakati n’est pas une bonne option.

Kabila avait-il raison de ne pas leur céder le pouvoir ? Savait-il qu’on ne peut pas faire porter à un Imam la soutane d’un Prêtre au risque de dire “Allah Akbar” à la place de “Jésus-Christ est Seigneur” ? Sûrement, Kabila ne pouvait pas transmettre son pouvoir à sa propre famille politique qui est composée des amoureux des Armes à feu.

Ces Jeunes, sont-ils toujours des Kabilistes ?

Si oui, le jeu est clair. On peut deviner la composition de l’équipe et du staff technique.

Et si l’AFC s’opposait à Kabila ?

L’Alliance Fleuve Congo forge son argument par une opposition farouche à la gouvernance de Tshisekedi.

D’après le numéro 1 de cette plateforme, Corneille Nangaa, Tshisekedi à la Présidence de la République, c’était une erreur qu’il fallait corriger. Une question : qui a commis cette erreur ?

En clair, l’AFC semble être un groupe des frustrés. Tous sont opposés à Tshisekedi, pourtant ce dernier a hérité le pouvoir de Kabila qui était leur Autorité morale.

En réalité, Nangaa et compagnie devraient être frustrés contre Kabila.

Le grand danger de cette rébellion est que les ambitions sont départagées. Chacun a un carnet caché. Le plus grand perdant dans cette histoire c’est Bertrand BISIMWA, Mentor du groupe M23, qui est en train de perdre la suprématie de cette rébellion.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez aucune nouvelle importante. Abonnez-vous à notre newsletter.