En RDC, la mère biologique du Chef de l’Etat devient une source du plein pouvoir

Par Reporter.cd

En République démocratique du Congo, le sujet commence à faire polémiques. Ces dernières semaines, Marthe KASALU, la mère biologique du chef de l’État a fait plusieurs apparitions en public aux côtés des politiciens de haut niveau, parmi lesquels des candidats aux différents scrutins soit des gouvernorats soit assemblées provinciales.

Confortablement installée dans son fauteuil, la veuve d’Étienne Tshisekedi se prête au jeu de la photo à presque chaque rencontre.

Le pays de Tshisekedi vit depuis le début de l’année 2024, des rituels politiques aux allures d’un Royaume en gestation. Des scènes ostentatoires qui ont, non seulement révolté les intolérants de la dictature Mobutiste, mais choqué les inconditionnels de la Démocratie.

Dès les premières semaines du second mandat présidentiel de Félix Tshisekedi, le Secrétaire Général de l’UDPS, Augustin Kabuya, soumet les candidats à différentes institutions publiques à un rituel de vénération envers la Mère biologique du Président de la République.

Bien avant cela, la veille de la publication des résultats de la Présidentielle, quelques images ont fuité sur les réseaux sociaux. Les images montrant certains dignitaires du régime Tshisekedi dont Jean-Pierre Bemba, Ministre sortant de la Défense nationale, Mboso Nkodia Puanga, alors Président du Bureau de l’Assemblée nationale, Sama Lukonde, Ex- Premier Ministre, Modeste Bahati Lukwebo, et Augustin Kabuya, aux côtés de Marthe KASALU , mère de Félix Tshisekedi.

Ces images du Présidium de l’Union Sacrée ont créé un tollé tendant à faire croire à l’opinion qu’il existerait une Mère de la Nation congolaise.

Le 02 avril soit 24 heures après sa nomination , Augustin Kabuya a accompagné Judith Suminwa TULUKA, Première Ministre, auprès de la veuve du Sphinx de Limeté, Étienne Tshisekedi wa Mulumba.

La rencontre entre Judith Suminwa et Marthe Kasalu a été perçue comme un sacrilège constitutionnel. Un Premier Ministre est le Chef du Gouvernement, il représente le Corps instutionnel de l’Exécutif national et ne peut faire allégeance à citoyen lambda c’est-à-dire sans fonction officielle au pays.

Quelque temps après, le Secrétaire Général de l’UDPS amène auprès de la mère biologique du Président Tshisekedi, le ticket UDPS-MLC pour le Gouvernorat de Kinshasa, notamment Daniel Bumba et Eddy Iyeli.

Il y a quelques heures, Augustin Kabuya a présenté à Marthe Kasalu les Candidats de l’Union sacrée au Perchoir du Parlement provincial de Kinshasa.

Plusieurs autres rencontres du genre dont les clichés n’ont pas fuité ont eu lieu Face à cette nouvelle tradition sur les rails d’une monarchie matriarcale.
Certains membres de l’Union sacrée qui sont contre la pratique de mêler la mère biologique du chef de l’État dans des affaires de l’État, les opposants politiques et d’autres congolais qui sont contre la pratique, ces genres d’actes estiment que l’épouse de l’ex sphinx de Limeté, devient une source de plein pouvoir au pays. Elle peut en elle même décider sur qui peut occuper quel poste durant ce second mandat.
Plusieurs sources dans son entourage, ne cessent de confirmer que Marthe KASALU est mieux écouter par son fils, FATSHI d’où la légitimité de tous ce qu’elle pose comme acte sur le plan politique.
La rue Pétunias, dans le quartier de Limete, fief kinois de l’UDPS est devenu un point de passage stratégique pour qui souhaite prétendre à un poste à responsabilités. « Si Marthe Tshisekedi ne vous a pas à la bonne, elle peut s’arranger pour vous bloquer », affirme un haut cadre de l’UDPS.
Dans une interview publiée sur Jeune Afrique le 29 mai 2020 , Peter Kazadi indiquait que « Marthe KASALU peut transmettre des dossiers au président, mais n’a pas de droit de regard sur les nominations ».

Toujours à l’UDPS on soutient “qu’au-delà d’être la mère biologique du Président de la République, maman Marthe KASALU Tshisekedi jouit de tous ses droits politiques et civils en tant que co-fondatrice de l’UDPS. En tant que telle, ses conseils et ses avis sont toujours nécessaires pour certains sujets clés qui intéressent la vie du parti

Les voix s’élèvent pour s’opposer à la démarche d’Augustin Kabuya qui discrédite la vision démocratique de l’UDPS.

Même de son vivant, Étienne Tshisekedi wa Mulumba n’a jamais demandé à ses collaborateurs de faire des courbettes à lui même ou un autre membre de sa famille.

Le pire de ce scénario pourrait nous conduire droit vers l’instauration d’une République Matriarcale du Congo.

Le Kasalucentrisme inventé par Augustin Kabuya passe pour un poison pour le régime Tshisekedi. Au stade actuel, c’est l’hémorragie. L’urgence s’impose, la démocratie désormais en soins intensifs mérite une réanimation intellectuelle et politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez aucune nouvelle importante. Abonnez-vous à notre newsletter.