Monsenepwo à Ambogo : “Votre réponse à la demande de béatification de Paul Kagame introduite auprès de vous par corneille nangaa est très attendue par la communauté nationale”

Lettre ouverte de Jean Thierry Monsenepwo au Cardinal Fridolin Ambongo.

Surfant sur votre insidieuse homélie pascale aux accents délibérément séditieux, Corneille Nangaa Yobeluo qui s’est auto-excomunué de la nation congolaise en servant de masque et de porte-voix à Paul Kagame, vous a saisi hier, au soir de jeudi 04 avril 2024, par un courrier fleuve de 8 pages pour encenser vos propos qu’il considère comme un encouragement inespéré.

Vous êtes sans ignorer, Éminence, que dans son entreprise d’annexion des territoires congolais limitrophes, gorgés de minerais stratégiques, riches en produits agricoles, couverts d’espaces protégés et de verts pâturages, Paul Kagame n’avait de cesse de se servir des marionnettes congolais pour mieux avancer masqué. Cette méthode qui remonte à l’époque de l’AFDL a prospéré sous des dénominations caméléonesques n’ayant jamais modifié le contenu d’un iota.

Aux fins de conserver son dessein originel d’annexion des terres congolaises, Kagame a tour à tour transformé l’AFDL en RCD, le RCD en CNDP, le CNDP en M23, et, depuis le 15 décembre 2023, le M23 qui était dos au mur a repris du poil de la bête sous le label de l’Alliance Fleuve Congo (AFC), avec dans le rôle de marionnette congolaise Corneille Nangaa, le même.

Point n’est besoin de rappeler ici que cette réalité apodictique ne saurait être ignorée de Votre Eminence. Dans une autre vie, lorsque Votre souffre-douleur Félix Antoine TSHISEKEDI Tshilombo n’avait pas encore été porté par le peuple Congolais à la magistrature suprême, Vous êtes vous-mêmes parvenu à la même conclusion après une itinérance mémorable à l’Est du pays. Les compatriotes persécutés par l’expansionnisme rwandais étaient alors fiers de vous entendre défendre leur cause contre les agresseurs rwandais et leurs suppôts congolais. Vous étiez même allés plus loin en dénonçant l’extermination des populations autochtones et la transplantation des allochtones rwandais dans les territoires limitrophes, dans l’optique de la consécration à terme de la balkanisation tant recherchée par Paul Kagame depuis qu’il est à la tête de la principauté militaire rwandaise.

Oui, c’était bel et bien Vous Eminence, juste après que Votre illustre défunt prédécesseur, Son Eminence le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, ait traité les dirigeants hors-mandat de l’époque de médiocres, les appelant à dégager à la faveur des élections générales.

Il était alors inimaginable de penser un seul instant que vous pourriez faire une volte-face aussi spectaculaire pour absoudre les agresseurs rwandais sous quelque prétexte que ce soit. Personne ne pouvait y croire. Même s’il n’y avait pas d’équivoque sur une alliance objective de votre part avec les terroristes rwandais, dès lors que vous avez affirmé urbi et orbi dans votre homélie pascale ce qui suit : “il ne faut pas s’étonner que des compatriotes rejoignent le M23, il faut se demander pourquoi on ne leur laisser pas le choix”. Le Ministre de la Communication et Médias vous a même crédité du bénéfice du doute en vous priant respectueusement de clarifier vos assertions. Hélas, Vous avez préféré consentir en ne disant mot, prêtant ainsi le flanc au terroriste Corneille Nangaa, consolé à l’idée de vous avoir comme autorité morale.

Embouchant la rhétorique rwandaise, Nangaa a poussé l’incurie beaucoup trop loin en qualifiant nos FARDC de génocidaires et d’anthropophages, exonérant par le fait même les bourreaux rwandais de près de 10 millions de victimes congolaises, sans compter le million de déplacés internes obligés d’errer comme des bêtes de somme dans leur propre pays, fuyant les canons des agresseurs assoiffés de sang.

Eminence,

Vous devriez comprendre que tout silence de votre part face la lettre ouverte blasphématoire de Corneille Nangaa risque d’avoir des conséquences incalculables sur l’Eglise catholique locale dont Vous êtes le prélat le plus élevé en dignité. Il sied de ne pas perdre de vue que les Congolais et les Africains en général n’ont jamais pardonné à l’église catholique d’avoir donné un blanc seing à l’esclavage des noirs et à la colonisation. Surtout que l’église catholique aussi n’a jamais cru utile de présenter officiellement des excuses pour l’édit papal justifiant l’esclavage et la traite des noirs…Absoudre les terroristes et les agresseurs au point de suggérer des atomes crochus avec leur nouveau cheval de Troie en la personne de Corneille Nangaa risque d’être considéré par les descendants des esclaves et des colonisés que nous sommes comme une profanation insupportable de la mémoire collective. Votre attitude est, de toute évidence, de nature à s’apparenter à un blanc seing accordé cette fois-ci aux néocolonialistes impénitents qui s’adonnent au pillage de nos ressources naturelles par le truchement du Rwanda.

Eminence,

Notre coupe est pleine à déborder ! Évitez à Votre mère patrie l’opprobre dont Vous entache Corneille Nangaa, qui se permet de Vous tresser des lauriers pendant que son maître KAGAME extermine Vos compatriotes. Dois-je rappeler qu’avant que Corneille Nangaa ne puisse céder aux sirènes sanguinolentes de Paul Kagame, Vous en appeliez déjà à l’avènement d’un “homme courageux” à même de renverser les institutions de laRépublique? Il temps, pour votre honneur, pour le salut de l’église catholique congolaise, et pour le bien de vos ouailles, de vous rétracter au plus vite. Cette course à l’échalote avec les terroristes n’a que trop duré. Votre rétropédalage est vivement souhaité et prestement attendu.
Bien à vous,
Le très catholique,

Jean-Thierry MONSENEPWO MOTOTO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne manquez aucune nouvelle importante. Abonnez-vous à notre newsletter.